Le blog de l'éco-conception

L'éco-conception, une démarche de progrès continu

L’éco-conception dans le textile vendredi, 9, avril, 2010

Premier déchet à avoir été collecté pour être réutilisé, le textile usagé a d’abord fait l’objet de partenariats entre les entreprises de recyclage et des associations caritatives. Avec nos sociétés de consommation, les textiles ont soulevé de nouvelles problématiques de recyclage et de gestion des déchets.

Des entreprises font ainsi le pari de produire des vêtements éco-conçus et développent des partenariats avec des opérateurs de tri. Un éco-organisme a même vu le jour pour pérenniser la filière des textiles en fin de vie et des déchets issus de ces produits et développer la collecte sélective.

Les entreprises produisent des vêtements éco-conçus

    L’utilisation du bambou

Rsksocks fabrique au Portugal des chaussettes et même des chaussettes de téléphone portable Ipod à partir de coton recyclé, limitant ainsi leur impact CO2 et réalise ses emballages et présentoirs en matières recyclées. Plusieurs gammes sont proposées :

  • coton 100% recyclé,
  • bambou, une matière naturelle caractérisée par un aspect doux et soyeux avec une capacité d’absorption des vertus antibactériennes et hypoallergéniques,
  • classique,
  • sport,
  • sécurité,

Dans le cadre d’un programme de R&D soutenu par l’ADEME, l’entreprise Kindy a développé la gamme de chaussettes éco-conçues « Naturaïa », à base de fibres de bambou, de coton biologique, et produite avec des couleurs obtenues par des processus naturels. Il s’agit des produits de la marque qui se développent le plus vite et représentent après quelques mois de lancement 6% du chiffre d’affaire de l’entreprise, permettant ainsi à Kindy de maintenir une partie de la fabrication des chaussettes en France.

Pour ses gammes de vêtements, Raidlight, entreprise spécialisée dans la fabrication de matériel et d’équipement pour sport outdoor, a choisi de mettre en avant la technicité pour le sport avant le « bio » avec également la fibre de bambou ou du polyester recyclé dans sa production. La fibre de bambou possède les mêmes caractéristiques de base qu’un polyester classique, comme la respirabilité, l’évacuation, et apporte des avantages supplémentaires (naturellement anti-bactérienne, protection UV…).

Raidlight a également misé sur une démarche vers l’éco-responsabilité en orientant ses axes de développement sur des solutions polluant moins pour les organisateurs de randonnée ou de trail en adaptant ses produits pour tracer des parcours sans matière plastique par exemple ou pour ne plus utiliser de gobelets aux ravitaillements. Son sac ventral, trophée « Coup de cœur » de l’Innovation Bref Rhône-Alpes et sa « Plate-forme web 2.0 » ont d’ailleurs été récompensés respectivement d’un janus de l’industrie en 2008 et d’un janus mention « Eco-design » en 2009.

    Une démarche innovante et transparente

De son côté, Patagonia propose une collection utilisant du polyester recyclé provenant des bouteilles plastiques, ce que peu de marques utilisent pour leurs polaires en raison de son coût. Son partenariat avec Polartec®, leader mondial dans la conception et la fabrication de tissus techniques a permis à la marque Patagonia de recylcer 92 millions de bouteilles plastiques PET, économisant ainsi « l’équivalent d’un baril de pétrole (168 litres) » pour la fabrication de 150 pulls (3700 bouteilles recyclées).

Pour l’éco-conception, « plus de 70% des produits des produits sont élaborés à base de fibres écologiques, coton bio, polyester recyclé, laine traitée sans chlore ou chanvre« , selon Isabelle Susini, responsable environnement chez Patagonia.

Son site web propose par ailleurs de pouvoir connaître l’empreinte écologique de ses vêtements avec la distance parcourue, les déchets générés, les émissions de CO2, le trajet des matières premières, l’assemblage final du produit et sa distribution.

    L’éco-conception plutôt pour les textiles sportifs ?

Composé de déchets (cuir, mousse, caoutchouc…) provenant de ses propres usines ou du programme de récupération des chaussures usagées, le « Nike Grind » matériau est utilisé dans le programme Nike Reuse-A-Shoe de la marque Nike pour faire des terrains de sport, des aires de jeux et même des nouveaux produits comme des chaussures et des vêtements, comme les baskets Nike Trash Talk, livrées dans une boîte en carton 100% recyclé. Plus de 24 millions de paires de chaussure ont ainsi déjà été recyclées. La marque a lancé un programme d’Eco-Design « Nike Considered » qui devra s’appliquer à l’ensemble de la collection Nike d’ici 2011. La Nike Air Jordan XX3 s’inscrit déjà dans ce programme visant à diminuer les déchets lors de la production mais aussi à utiliser des éco-matériaux.

Quant à Lafuma, les initiatives d’éco-conception sont multipliées (voir notre article L’exemple de Lafuma) pour consommer moins de matières, moins d’énergie, moins de déchets pour fabriquer des produits plus durables, plus polyvalents, plus sûrs et plus confortables, améliorant ainsi conjointement la productivité et le développement social. Lafuma utilise ainsi de plus en plus la polaire recyclée qui aujourd’hui correspond à 50% de son marché. Il s’agit d’un produit éco-conçu emblématique pour la marque qui a fait l’objet d’une opération de recyclage en partenariat avec Go Sport : en rapportant une polaire usagée dans un magasin Go Sport, un bon de 5€ était offert pour l’achat de la polaire « Green » Lafuma, en matière recyclée et la polaire usagée offerte aux plus démunis ou entièrement recyclée par Ecotextile, un specialiste du recyclage textile. La veste de protection pour la pluie est un autre produit textile Lafuma éco-conçu réalisé en membrane polyester recyclé, avec un tissu extérieur et une doublure en polyester recyclé. Ce produit présente le même niveau de performance en termes d’imperméabilité et le même prix qu’un produit non éco-conçu équivalent sur le marché.

(more…)

Publicités
 

L’assurance : une démarche d’éco-conception portée sur la sensibilisation vendredi, 19, mars, 2010

Pour les assureurs, communiquer sur leurs actions de développement durable est une bonne action de valoriser leur image. Leur champs d’action reste néanmoins de l’ordre de la sensibilisation auprès du grand public ou en interne. La réduction de la consommation de papier, la réalisation d’un plan carbone ou le suivi d’une politique d’achats responsable sont des actions devenues monnaie courante.

Des actions en interne :

    En termes d’éco-conception, on peut souligner les actions de sensibilisation auprès du personnel par la diffusion de bonnes pratiques via des lettres internes ou les intranets, des propositions d’offres pour favoriser les changements de comportements au quotidien, ou mieux avec des correspondants RSE incitant leurs collègues à adopter des comportements plus respecteux de l’environnement et des formations.

  • Ainsi, le Crédit Agricole assurances a mis à la disposition de chacune de ses compagnies un responsable RSE et compte une quarantaine de corrspondants. De leur côté, Axa et CNP Assurances impliquent leurs salariés en conditionnant une partie de leur intéressement à la réduction de leur consommation de papier.
  • MMA et la MAIF sortent du lot puisqu’ells vont au delà de la sensibilisation de ses employés, en agissant directement sur les déplacements de leurs salariés. MMA organise des formations à l’éco-conduite pour ses collaborateurs « grands rouleurs », tandis que la MAIF propose une garantie dommages corporels sans surprime pour les sociétaires qui co-voiturent et collabore même avec l’agglomération de Niort pour mettre en place des lignes de bus supplémentaires.
  • L’entreprise Swiss Re, quant à elle, propose un programme de subvention pour ses employés désireux d’investir dans l’achat de véhicule hybride ou dans l’équipement de panneaux solaires pour leur maison.

 

En dommages, nouvelles tendances de consommation:

    Pour les particuliers, l’assurance s’adapte aux modes de construire et d’habiter, qui restent encore du domaine de niche :

  • Euresa, par exemple, incite à promouvoir l’utilisation d’éco-matériaux dans le cadre de réparations consécutives à un sinistre.
  • La Maif propose un Bilan éco-travaux avec un diagnostique gratuit proposé aux sociétaires victimes d’un sinistre pour identifier les travaux d’amélioration du logement afin de le rendre plus sûr, écologique et économique.
  • Chez la Macif, une offre de crédit bonifié est disponible pour les sociétaires qui souhaitent acquérir des dispositifs d’économie d’énergie éligibles au crédit d’impôt
  • La Maaf mise sur le bonus : 40€ offerts pour les propiétaires qui font réaliser un diagnostique de performance énergétique et un Pur Bonus pour ceux qui équipent leur maison de systèmes limitant la facture énergétique.

    Pour les entreprises, les approches des assureurs sont différentes :

  • Matmut encourage ses garages agréés à réparer les pièces plutôt qu’à les remplacer et les sensibilise à revaloriser des déchets.
  •  Axa dispose d’une offre Green Miles promouvant l’éco-conduite et récompensant les flottes de véhicules d’entreprise qui baissent leur consommation de carburant.

Source : L’argus de l’assurance

 

L’éco-conception selon Auchan : réduction des emballages et valorisation des déchets lundi, 8, mars, 2010

Auchan s’engage dans le développement durable pour répondre aux attentes de ses clients et les aider à « Vivre Mieux et Moins Cher au quotidien ». Depuis plusieurs années, l’enseigne concrétise cet engagement avec le « Discount Responsable Auchan » en sensibilisant les enfants aux bons gestes pour la planète, en s’engageant pour une pêche plus durable, en favorisant une meilleure alimentation avec l’étiquetage nutritionnel, ou en proposant une marque MDD sans gluten et des produits d’entretien plus respectueux de l’environnement.

En termes d’éco-conception, Auchan se démarque également par ses initiatives avec :

  • une politique de réduction d’emballages inutiles et des déchets
  • une gamme d’écoproduits recyclés et/ou biodégradables (gamme Mieux Vivre Environnement)
  • un traitement de ses déchets par la voie de la méthanisation
  • un système de récompense pour le recyclage réalisé par ses clients

(more…)

 

Yves Rocher, un acteur modèle de l’éco-conception lundi, 1, mars, 2010

Les efforts d’Yves Rocher en matière d’éco-conception sont remarquables autant par le choix de ses fournisseurs, que par son processus de production ou sa transparence vis-à-vis de ses clients.

1. FAPEC, un fournisseur de qualité

Pour la mise au point et la production du mobilier de ses magasins, Yves Rocher a fait appel à l’expertise de Fapec pour analyser le cycle de vie (ACV) de la conception de ses meubles et optimiser le rapport qualité /coût, tout en respectant le design. Selon les principes d’éco-conception, FAPEC s’engage ainsi :

  • Au niveau du choix des matières premières et de la fabrication : en sélectionnant des éco-matériaux comme du bois PEFC (Programme de Reconnaissance des Certifications Forestières), du bois massif utilisé pour les poignées, du l’inox qui ne demande pas de traitement de surface, du verre, uniquement des matériaux solides pour durer et en utilisant systématiquement de la colle à eau.
  • Au niveau de la logistique : pour optimiser le process de fabrication, le bureau d’études Fapec a porté son effort sur l’assemblage et le transport. Fapec assemble des meubles en Europe centrale (près de Cracovie en Pologne) et une réduction jusqu’à 80% des coûts de transport a été enregistrée.
  • Au niveau du recyclage : les mobiliers ont été conçus pour être facilement démontables et les matériaux choisis pour être séparés et triés en fin de vie dans l’objectif d’être recyclés selon l’origine des matières : bois, métal, verre…

2. Suppression du suremballage

Yves Rocher confirme son empreinte du respect écologique en supprimant les suremballages avec les éco-recharges ou en remplaçant les notices par une impression au verso des étuis.

En 1993, avec le shampoing Hamamélis, la 1ère éco-recharge a été lancée et depuis, la marque vend 2,8 millions de recharges dans le monde.

En 2005, l’éco-conception avec les recharges du pot Inositol Végétal permet d’économiser près de 30 tonnes de plastique.


3. Une certification des éco-labels

Pionnier dans la suppression des gaz à effet de serre dans les aérosols, 6 ans avant l’interdiction internationale, Yves Rocher soumet ses produits à une production contrôlée, en suivant un contrôle sur toutes les filières. Cette démarche engagée lui vaut différentes certifications.

Le Label Ecocert (voir notre article La Problématique Des Éco-Labels) certifie « agriculture biologique » les 44 hectares d‘Yves Rocher en Bretagne, qui couvrent un tiers des beosins de l’entreprise chaque année.

La marque a également reçu l’agrément de l’éco-label One Voice, pour l’ensemble de ses produits certifiant qu’elle ne fait pas appel aux tests sur les animaux.

Yves Rocher poursuit même ses efforts pour l’obtention de l’écolabel européen et la certification Bâtiment Basse consommation 2005 à très haute performance énergétique avec son Eco-Hôtel spa (voir notre article Eco-hôtel spa d’Yves Rocher).

Sources : Categorynet, Emballage Digest, Greenzer