Le blog de l'éco-conception

L'éco-conception, une démarche de progrès continu

L’éco-conception selon Ecover mardi, 11, mars, 2008

Face à une nouvelle dynamique écologique, Ecover fait preuve d’éco-innovation en développant des solutions, qui ont moins d’impact environnementaux en collaboration avec des universités : les molécules innovantes, par exemple, ou les tensioactifs à base de biochimie tout juste brevetés.

Malgré l’exigence de la démarche d’éco-conception, l’ensemble des contraintes présente l’avantage de stimuler les investissements en R&D, et donc de pousser à améliorer la compétitivité de l’entreprise.

Focus sur Ecover, garanti sans phosphates

Pionnier et leader mondial des lessives et produits d’entretien écologiques, Ecover connaît une croissance, qui cumulée depuis 2000, atteint 330% sur un marché des détergents saturé.

Avec 66 millions de chiffre d’affaire en 2007, soit +21% par rapport à l’année précédente, l’entreprise est présente dans 22 pays et réalise plus de 50% de son chiffre d’affaire en Grande-Bretagne. Aujourd’hui, Ecover mise sur la nouvelle prise de conscience environnementale des français et vise désormais la grande distribution, après avoir conquis les magasins bio et les Galeries Lafayette.

En 1992, la PME construit la 1ère usine écologique du monde: murs en briques microporeuses et toiture végétalisée pour optimiser l’isolation thermique, charpente en bois, lumière naturelle.

Ecover va même jusqu’à produire des bouchons en polypropylène 100% recyclables.

La mise en place de cette démarche d’éco-conception implique d’importants efforts en investissements. L’utilisation de matières premières renouvelables (huile de colza, sucre de betterave, acide citirique, petit lait, sel…) à la place de la pétrochimie limite le choix et coûte en temps et en argent.

Cependant, l’enjeu en vaut la chandelle: en mai 2007, face au développement de son activité, Ecover a dû ouvrir à côté de l’usine belge à Anvers, un autre site près de Boulogne-sur-mer.

Selon, Michaël Bremans, le patron d’Ecover, « à l’époque, 5 à 10% seulement de la population avaient une conscience écologique contre 30 à 35% aujourd’hui« . Il craint « en revanche que la confiance des consommateurs soit érodée par des détergeants prétendus écologiques mais qui ne le sont pas vraiment ».

Le nouvelle thématique écologique va ainsi de paire avec le concept d’éco-blanchiment (cf notre article sur le Greenwashing)

Source: Enjeux, Les Echos

Publicités
 

One Response to “L’éco-conception selon Ecover”

  1. […] vert, on retrouve une marque de distributeur “Carrefour agir”, Rainett, mais aussi Ecover. Néanmoins, pour le consommateur, la problématique du greenwashing (cf notre article sur le […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s