Le blog de l'éco-conception

L'éco-conception, une démarche de progrès continu

Les éco-technologies vendredi, 8, février, 2008

Les éco technologies s’inscrivent dans un processus d’amélioration continue , qui repose sur savoir – faire ou une technologie propre et qui est nourri par la RDI (Recherche – Développement – Innovation).

Selon Monsieur Francis Saint-Léger, Député de Lozère, les éco – entreprises sont celles « qui produisent des biens et des services pour la protection de l’environnement et le développement durable (eau, air, sols, déchets, acoustique, surveillance de l’environnement, production propre, utilisation rationnelle de l’énergie, énergies renouvelables) »

Sur ces bases, les éco entreprises sont naturellement les entreprises, qui en s’appuyant sur des éco-technologies ont une activité principalement tournée vers la vente de produits, de process ou de services destinés à améliorer la protection de l’environnement, à économiser l’énergie et à réduire les émissions de gaz à effet de serre, notamment grâce aux énergies renouvelables.

La France est le 4e pays dans domaine des éco-technologies de l’environnement et de l’énergie durable derrière les Etats-Unis, le Japon et l’Allemagne et semble progresser dans cette dynamique.

D’après le rapport sur le développement des éco-entreprises en France publié en novembre 2006 par Thierry Chambolle, président de la commission environnement de l’académie des technologies, « 8000 entreprises – notamment des PME – ont déjà investi dans le marché des éco-technologies. Et d’ici fin 2010 ce secteur pourrait générer 620 000 emplois contre 400 000 à ce jour. »

Outre-Atlantique, les fonds d’investissements américains se précipitent dans la vague des technologies propres : énergie solaire, bio-fioul, voiture propre.. De son coté, le Canada (TDDC) avait annoncé en juillet 2006, un nouveau financement de 48 millions $ pour le développement des technologies propres.

Des conférences comme celle de Capital4E organisée en novembre 2006 à Paris prouvent également l’intérêt croissant porté par le monde financier (XAnge Private Equity, Oddo Asset Managment, Demeter Partners) à ces éco-innovations.

Le développement de ces éco-solutions passe aussi par les achats responsables et notamment l’intégration de critères environnementaux dans les appels d’offres publics . La France a lancé en décembre un avant –projet de plan national d’action pour des achats publics durables 2007-2009 pour participer au développement des éco-entreprises

La promotion de ces éco-technologies et des éco-acteurs est encore à l’état embryonnaire, même si le portail environnement de la CCI permet de découvrir les différents guides régionaux des prestataires liés à l’environnement avec 11 régions françaises représentées.

Que ce soit au travers de clusters, de pôles de compétitivité, d’associations ou des agences de développement économique, les collectivités territoriales jouent de plus en plus la carte des éco-industries et des éco-services pour assurer et conforter leur développement en synergie avec leur stratégie de développement durable (Agenda 21, PADD…).


Source: http://blog.ecoresponsabilite.com

Retrouvez

Publicités
 

Le nouveau train d’Alstom : l’AGV

alstom.jpg

Selon Alstom, l’Automotrice Grande Vitesse (AGV) s’élève non seulement à 360 km/h en trajet commercial, soit 40 km/h de plus que son prédécesseur avec une répartition de la motorisation sur toutes les voitures, mais est aussi un exemple de train durable.

 

A l’heure où les enjeux environnementaux et les coûts de l’énergie font couler de l’encre dans la presse, Alstom a décidé d’intégrer des critères environnementaux dans la conception de son AGV pour développer un produit plus respectueux de l’environnement.

 

Le respect des normes de certification pour la régulation de consommation d’énergie (de 15% par rapport à ses principaux concurrents) ou la gestion des déchets et de l’eau lors du montage de l’AGV met en avant la volonté d’Alstom de se montrer éco-responsable. Il intègre également les derniers standards de signalisation ERTMS pour circuler sur toutes les lignes européennes.

 

En terme de recyclabilité, environ 98% des matériaux utilisés pour la construction, comme l’aluminium, l’acier, le cuivre, le bois ou le chanvre) sont réutilisables et permettent d’allonger la durée de vie du train d’à peu près 20 % comparé à un TGV.

 

 

Consommant moins de 10% d’énergie par rapport aux TGV existants, des matériaux composites de l’AGV permettent d’alléger le poids (de 50 tonnes) et d’augmenter le nombre de passagers par trame.

 

agv.jpg La recherche de réduction des nuisances sonores et d’émission de CO2 sont aussi des facteurs révélant une véritable politique d’éco-conception.

 

L’AGV produit moins de gaz à effet de serre qu’un bus, qu’une voiture ou qu’un avion, avec seulement 2,2% g/km/passager.

 

Autant d’avantages qui poussent Air France-KLM à envisager de relier à partir de 2010 ses hubs de Roissy et Schipol, à Amsterdam avec des AGV.

 

 

 

D’après Philippe Mellier, Président d’Alstom Transport, l’AGV, permettra de démontrer rapidement les qualités de performance, de confort, de respect de l’environnement et de coût d’usage du train.

D’autre part, la nouvelle compagnie de transport italienne NTV a dejà fait la commande de 25 rames. La fabrication des premiers trains de série débutera mi-2008. Ils seront livrés à partir de 2010.

 

éco-conception et logistique

Il y a un lien direct entre les émissions de carbone, l’éfficacité d’une logistique et la réduction des coûts. Quelles sont les initiatives mises en oeuvre dans la logistique pour coordonner ces trois variables?

 

En matière de réduction des coûts et d’emballage, Dell présente une politique d’éco-conception avec des livraisons dans des emballages contenant plusieurs serveurs. Les économies estimées ne sont pas négligeables : 2000 tonnes de cartons, 1000 tonnes de palettes, 300 tonnes de papiers ….

Par ailleurs, les publications marketing sont éditées sur plus de 50% de papier recyclé, et pour les publications normales, jusqu’à 90 %.

Chez Monoprix, la signature de la charte des bonnes pratiques des transports de Paris qui vise à optimiser l’entrée et la diffusion des produits dans Paris, tout en maîtrisant les nuisances générées par ce transport, accentue son engagement d’éco-conception. De plus, son recours au transport fluvial permet de réaliser une économie de 298 tonnes d’émission de gaz à effet de serre.

Le géant américain Wal-Mart a decidé d’aménager ses camions pour économiser l’émission de 100,000 tonnes , ce qui réduirait la consommation de 37 millions de litres de carburants par an.

Le transport fluvial, pourtant plus efficient que les autres types de transport en terme d’émission, continue de s’améliorer, comme à bord des nouveaux navires Maerk qui ont des systèmes de récupération de chaleur perdue à l’échappement leur permettant d’économiser 10% de carburant.

McDonald utilise des camions multitempérature, qui peuvent livrer en une seule fois les produits frais, surgelés et produits à température ambiante, réduisant ainsi le nombre des camions sur la route, et donc l’émission de gaz à effet de serre.

 

Une sensibilisation à l’environnement commence à émerger du côté des entreprises. Les compte-rendus de mesure des résultats sont encore très peu suivis, mais on peut penser que dès lors que des réductions de coûts sont envisageables et possibles, la mise en place et l’efficacité suivront.

http://info.viasourcing.com