Le blog de l'éco-conception

L'éco-conception, une démarche de progrès continu

La norme ISO 14062 mercredi, 23, janvier, 2008

L’éco-conception est une démarche standardisée qui bénéficie d’un référentiel international : l’ISO 14062 intitulé « Management environnemental – Intégration des aspects environnementaux dans la conception et le développement de produits ».

Cette norme destinée aux concepteurs et développeurs de produits, expose les concepts et propose des principes de base pour prendre en compte l’environnement dans les activités de conception et de développement de produit, en montrant les principaux enjeux stratégiques pour l’entreprise.

L’ISO 14062 présente des éléments assimilables à des étapes de développement de produit offrant une réponse à une démarche d’éco-conception :

  • Planification: Il s’agit de relever les faits, les hiérarchiser selon leurs avantages et leur faisabilité, envisager les aspects environnementaux et penser au cycle de vie, formuler les exigences environnementales, analyser les facteurs externes, choisir les approches de conception environnementale appropriées, vérifier l’approche choisie en fonction des enjeux fondamentaux, faire l’analyse environnementale d’un produit de référence
  • Conception préliminaire: faire des analyses orientées sur le cycle de vie, formuler des cibles mesurables, définir une conception préliminaire, respecter les exigences environnementales, intégrer le tout dans les spécifications et tenir compte des résultats de l’analyse du produit de référence
  • Essais / Prototype: Vérifier les spécifications par des essais sur les prototypes
  • Production / Lancement: Communiquer les informations sur les aspects environnementaux, l’utilisation recommandée et l’élimination du produit
Publicités
 

L’écologie: un avantage concurrentiel

Les entreprises avant-gardistes n’attendent pas les règlementations pour être conformes, mais au contraire choisissent de faire des efforts proactifs pour concevoir une nouvelle façon de faire des affaires.

Pour ces entreprises il ne s’agit pas seulement de réduire leur empreinte écologique mais également de s’en servir comme stratégie concurrentielle.

Exemple: Hewlett-packard

En lançant le concept de « design pour l’environnement» il y a plus de 15 ans, Hewlett-Packard est considéré comme l’innovateur principal dans ce domaine. Ce concept inclut le design produit, ainsi que le management de ses propres fonctionnements et chaîne logistique.

Alors que la directive DEEE britannique demandait aux fabricants de recycler au moins 4 lbs par tête avant le 1er juillet 2007, HP atteignit son but de recycler 1 milliard de £ d’équipement six mois avant la date limite et annonça un objectif encore plus ambitieux qui est de recycler 2 milliards de £ de déchets électronique d’ici 2010.

Les plastiques et les métaux récupérés des articles recyclés sont utilisés pour établir une gamme de nouveaux produits.

Selon Mark Hurd, président-directeur général de HP « Nous avons atteint le point de bascule où le prix et la performance des technologies de l’information ne sont plus compromise par le fait d’être vert, mais s’en trouvent maintenant améliorées »

Pour HP, le développement viable est une bonne affaire et une stratégie solide à long terme.

Source: www.deformat.org

 

Des obstacles au développement de l’eco-conception

Filed under: 1. Objectifs — ecoconception @ 11:58
Tags: , , , ,

Malgré des signes encourageants et un réel enthousiasme pour l’éco-conception, il existe encore des obstacles aux développements des éco-produits. En effet, les éco-produits demandent du temps et par conséquent de l’argent pour aborder une réflexion sur l’ensemble du cycle de vie, qui nécessite outils, études et compétences.

Ces investissements se répercutent parfois sur les prix des produits, même si logiquement un produit qui consomme moins en amont devrait coûter moins cher.
Les consommateurs sont de plus en plus méfiants envers la publicité et le marketing, il est donc nécessaire de prouver par des données techniques et des études que les produits sont réellement respectueux de l’environnement.

Le problème est là. En effet, selon les entreprises, il est difficile de communiquer sur ces résultats et sur les innovations faites qui ne sont parfois pas visibles.
Par conséquent, les entreprises attendent beaucoup des pouvoirs publics pour promouvoir les écolabels auprès des consommateurs, accélérer et généraliser la labellisation à des produits de grande consommation.

Ces besoins de reconnaissance des entreprises vis-à-vis de l’éco-conception vont de pair avec le besoin de crédibilité des consommateurs. En effet, des autodéclarations mensongères décrédibilisent énormément les démarches officielles et reconnues.

Afin d’être plus crédible , il est demandé par les associations de consommateurs que le Bureau de Vérification de la Publicité (BVP) se penche sur la question et participe aux décisions du Conseil de Surveillance de l’Audiovisuel.


Source: www.actuenvironnement.com