Le blog de l'éco-conception

L'éco-conception, une démarche de progrès continu

La charte de développement durable de l’UDA jeudi, 10, janvier, 2008

uda.jpg

Pour promouvoir une communication reponsable, l‘Union des annonceurs (UDA) publie sa Charte d’engagements des annonceurs pour une communication responsable.

En collaboration avec le cabinet Ethicity, le Comité de pilotage « développement durable » de l’UDA a mené une étude sur l’intégration de la dimension environnementale au sein de la communication des entreprises. Le bilan de cette enquête, basée sur l’analyse des rapports de développement durable et des sites internet de 110 entreprises, ainsi que sur des questionnaires envoyés, montre que la communication éco-responsable est aujourd’hui encore peu formalisée.

L’initiative préventive de l’UDA s’inscrit dans le cadre de son chantier « Développement durable et communication » lancé à la fin de l’année 2001. Donneurs d’ordres à l’origine de toutes les actions de communication, l’UDA montre le bon exemple en invitant ses collaborateurs, mais aussi ses différents partenaires et prestataires à s’engager dans une démarche plus éco-responsable.

Outil d’accompagnement, cette charte intervient en amont des actions de l’ensemble des communications de l’entreprise (corporate et commerciale, médias et hors-médias…), et de l’ensemble de ses responsabilités (environnement, social, sociétal…), en portant sur les process mis en place dans l’entreprise.

Parmi les signataires de la charte, on retrouve des entreprises telles que Beiersdorf France SA, Bel, Blédina, Groupe Caisse d’Epargne, Coca-Cola, Danone France, Eco-Emballages, Groupe Galeries Lafayette, Kodak Pathé, Kraft Foods France, Groupe L’Oréal, Lesieur, Mars France, Michelin, Nestlé France, Pernod Ricard, Pfizer, Procter & Gamble France SAS, PSA Peugeot Citroën, Renault, SFR, Unilever.

Ces signataires s’engagent à mettre en place des actions sur les principes suivants :

  • Inscrire l’ensemble de ses prises de parole externes dans le cadre de ses codes de communication responsable
  • Inciter les publics auxquels ils s’adressent à des comportements responsables
  • Utiliser avec loyauté les données privées sur leurs clients finaux dans leur démarche marketing et commerciale
  • Engager un process interne permettant de valider les communications avant leur diffusion externe
  • Intégrer l’impact environnemental dans les critères de choix les supports de communication

La charte constitue un cadre que les annonceurs signataires enrichiseent selon leurs enjeux et l’état d’avancement de leurs engagements, elle renvoie au respect des lois, des règles déontologiques, des codes et des normes en vigueur.

Au cours de l’année 2008, tous les signataires indiqueront sur le site de l’UDA quels sont les engagements qu’ils ont formalisés et comment ils les mettent en œuvre ;
– un point sera fait chaque année sur les avancées de chacun et les axes de progrès envisagés

– l’UDA proposera à ses adhérents des actions de formation pour accompagner la mise en place de cette Charte.

Retrouvez les principes des cinq engagements de l’UDA : charte_uda_041207.pdf

Engagement 1 : Inscrire l’ensemble de ses prises de parole externes dans le cadre de ses codes de communication responsable

Exemples de bonnes pratiques

A) Valider la véracité des informations qui sont à destination des clients (utilisateurs finaux)

B) Diffuser et intégrer en interne une charte de marketing et de communication responsables (principes que doivent respecter les communicationsen matière de contenu des messages,d’impact sur les cibles…). Les contenus des messages doivent respecter les codes, recommandations ou normes en vigueur (BVP, CCI, Afnor…)

C) Communiquer principes et charte lors des briefs aux différents prestataires en marketing/communication

Autres bonnes pratiques à mettre en œuvre progressivement

D) Donner aux clients des indicateurs pertinents et clairs sur l’impact de ses produits/services en privilégiant les initiatives sectorielles : pour sa santé, pour l’environnement…

E) Mettre à la disposition du client des informations pour une utilisation responsable de ses produits/services et une limitation des éventuels impacts négatifs, notamment sur certaines cibles, afin de réduire les risques liés à l’utilisation/consommation abusive ou inappropriée de produits/services (obésité, addictions…). Ces propositions d’actions sont basées sur les bonnes pratiques relevées au sein de l’étude UDA / Ethicity sur la communication responsable

Engagement 2 : Inciter les publics auxquels on s’adresse à des comportements responsables

Exemple de bonne pratique

A) Mettre en avant des comportements responsables : éco-comportements, incitation à la pratique sportive…

Autres bonnes pratiques à mettre en œuvre progressivement

B) Mettre en place ou participer à des campagnes de prévention sur des enjeux liés à l’activité de l’entreprise (prévention routière)

C) Informer sur d’éventuelles opérations de soutien de l’entreprise à des causes d’intérêt général

Engagement 3 : Utiliser avec loyauté les données privées sur ses clients finaux dans sa démarche marketing et commerciale

Exemples de bonnes pratiques

A) Anticiper les pratiques liées au développement des nouvelles technologies en matière de marketing et communication pour concilier politique commerciale et respect de la vie privée

B) Au sein de l’entreprise, sensibiliser au respect des données et diffuser les informations qui s’y rapportent (cf. notamment Code des professionnels du marketing direct vis-à-vis des données à caractère personnel, Charte de l’e-mailing de l’UFMD…)

Autre bonne pratique à mettre en œuvre progressivement

C) Informer les clients de l’utilisation qui pourrait être faite des données conservées par l’entreprise lors du lancement d’un nouveau produit/service

Engagement 4 : Engager un process interne permettant de valider les communications avant leur diffusion externe

Exemples de bonnes pratiques

A) Créer un référentiel dans l’entreprise :
– élaborer un référentiel (liste de process et critères permettant une évaluation) en cohérence avec les standards nationaux et internationaux
– consulter des parties prenantes externes (telles que UDA, fédérations professionnelles, BVP, Ademe, associations de consommateurs, ONG…) pour valider avec elles la pertinence des critères retenus avant la mise en œuvre du référentiel

B) Former les équipes marketing et communication à ce référentiel

Autre bonne pratique à mettre en œuvre progressivement

C) Publier annuellement le bilan du fonctionnement de ce process en identifiant les indicateurs pertinents (par exemple : communications conservées ou rejetées et motivations)


Engagement 5 : Intégrer l’impact environnemental dans les critères de choix des supports de communication

Publicités
 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s